En position d’attente…

CONTEXTE

Ce qui s’est passé : les investisseurs restent de marbre après l’élection de D. Trump

Après le référendum britannique du début de l’été, voilà que les électeurs, américains cette fois-ci, surprennent de nouveau en portant au pouvoir le très controversé Donald Trump. Pour le moment, les investisseurs préfèrent ne retenir que les bons côtés du programme de Trump (cf. article Clinton / Trump) sans considérer les incertitudes générées par l’élection d’un électron libre hors du sérail, capable de prendre des décisions moins habituelles que son adversaire Démocrate. Notre position est légèrement différente : si un décrochage brutal n’est aujourd’hui pas légitime (le nouveau Président ne prendra ses fonctions qu’en janvier), une prime de risque politique devrait progressivement s’installer outre-Atlantique, pénalisant en particulier les actifs risqués de la région et poussant les investisseurs étrangers à limiter les investissements dans la première économie mondiale… avant d’être en mesure de juger si le président Trump aura la réelle volonté de passer de la parole aux actes.

Nos prévisions : prudence raisonnée

Face aux incertitudes actuelles, la prudence doit raisonnablement l’emporter, d’autant que les actifs risqués restent relativement chers par rapport à l’histoire. Cela signifie qu’il faut désormais adopter une position plus méfiante vis-à-vis des marchés actions, reconsidérer les obligations souveraines ainsi que les obligations d’entreprises bien notées comme une bonne manière de se protéger (la récente hausse des taux permet de disposer d’un peu plus de rendement pour cette classe d’actifs), et devenir moins agressif sur l’obligataire risqué (High Yield) qui a très bien fonctionné depuis le début de l’année.

ALLOCATION TACTIQUE

ACTIONS : Prudence au regard des incertitudes grandissantes

Les marchés actions restent enfermés dans un tunnel, les investisseurs étant toujours tiraillés entre des liquidités surabondantes émises par les Banques Centrales et la faiblesse de l’économie réelle… aucun des deux facteurs n’arrive pour le moment à l’emporter sur l’autre. Au regard des incertitudes politiques désormais des deux côtés de l’Atlantique, il convient de rester prudent vis-à-vis des actions américaines comme européennes, sans tomber dans un excès de pessimisme, et miser sur une sélection de plus en plus exigeante des sociétés capables de maintenir des résultats positifs dans un environnement moins favorable.

OBLIGATIONS : Pas de krach obligataire… mais l’occasion de revenir sur les obligations bien notées

Le récent et violent rebond des taux d’intérêt souverains dans l’ensemble des pays occidentaux crée de nouvelles opportunités sur cette classe d’actifs. Le meilleur exemple est probablement italien : le taux à 10 ans atteint désormais 2.0% contre seulement 1.0% début septembre, phénomène exacerbé par la proximité d’un référendum sur la constitution début décembre. Considérant que la Banque Centrale Européenne interviendra pour éviter un krach obligataire destructeur et susceptible d’étouffer dans l’œuf le peu de croissance en Europe, cela crée les conditions pour commencer à reconsidérer à l’achat les obligations souveraines d’une part, et par extension les obligations des entreprises bien notées (Investment Grade) d’autre part. Par contre, nous devenons neutres sur le segment des obligations d’entreprises risquées (High Yield) au regard des gains accumulés au cours des derniers mois, le potentiel d’appréciation semblant désormais globalement consommé.

MATIERES PREMIERES : toujours coincées dans leur tunnel

Après la forte baisse du mois dernier, les prix des matières premières devraient se stabiliser autour des niveaux actuels. Nous rappelons que nous considérons que la conjonction d’une croissance mondiale faible et de la volonté affichée par Donald Trump de donner la priorité à la production d’énergie fossile sur le sol américain posent les jalons pour des prix durablement faibles à court et moyen terme.

Par contre, après avoir récemment souffert de l’élection de Trump et de la hausse des taux souverains (baisse de l’or de -6% depuis début novembre), les métaux précieux devraient à nouveau profiter du maintien des incertitudes politiques pour poursuivre leur marche en avant. La faiblesse des cours actuels constitue ainsi un bon point d’entrée sur cette classe d’actifs.

or-nov-2016

 

alloc-actif-nov2016

 

perf-classe-actif-nov-2016

AVERTISSEMENT

Ce document est exclusivement réservé à la clientèle de RHETORES FINANCE. Il ne constitue en aucun cas un conseil d’achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Il n’existe pas d’actif garanti.

TELECHARGER NOTRE ALLOCATION MENSUELLE DE NOVEMBRE 2016