Accéder au contenu principal
Retour au journal
Actualités financières
28 mai 2024

ALLOCATION MENSUELLE – JANVIER 2024

Commentaire

Le cycle d’assouplissement monétaire va débuter en 2024 comme espéré par les marchés
financiers… mais son rythme reste incertain. La baisse des taux n’aura pas lieu au premier trimestre et les marchés financiers devront ajuster leurs anticipations de baisse de taux trop agressives.

La surprise du mois de janvier fut l’insolente tenue de l’économie américaine qui révise son PIB pour le quatrième trimestre à 3,3% tandis que le consensus attendait une hausse de 2% ! Si les dépenses gouvernementales comptent pour un tiers, les dépenses des ménages ont constitué le principal moteur de cette croissance.

Les consommateurs se sont montrés très optimistes quant aux perspectives d’amélioration des conditions financières, car ils ont recouru au crédit pour financer leurs dépenses en biens et services. Cette dynamique se retrouve sur le marché du travail qui a créé 216 000 emplois en décembre alimentant les tensions salariales qui progressent de 4,1 % sur l’année.

Ainsi, l’inflation a légèrement ré-accéléré en décembre passant de 3,1 % à 3,4 % conduisant la FED à se montrer très prudente dans son calendrier de baisse de taux. La publication des résultats a permis aux indices américains et notamment au Nasdaq, de poursuivre leur ascension sur de nouveaux records.

A contrario, la croissance en zone euro continue de stagner freinée par l’Allemagne qui publie un PIB en baisse de -0,3 % sur le dernier trimestre. L’impact négatif de la politique restrictive de la BCE et la forte dépendance aux matières premières énergétiques pèsent toujours sur l’activité et dépriment les consommateurs.

Les attentes du marché sont devenues très fortes quant à une éventuelle première baisse des taux lors de la réunion d’avril. Le différentiel de croissance entre les différentes
zones va perdurer tout au long de l’année.

En Chine, la croissance annuelle publiée par le parti s’établit à 5,2 %. Les initiatives de plans de relance et de baisse des taux ne semblent pas avoir d’effet sur un redressement conjoncturel.

Nos prévisions

La dynamique de croissance aux Etats-Unis tracte la croissance mondiale. La Fed ayant réussi son pari dans son combat contre l’inflation, les perspectives de normalisation de sa politique monétaire (probablement au 2 ème trimestre) soutiennent les marchés. La prime de risque sur l’issue des élections présidentielles américaines de novembre pas progressivement se détendre. L’Europe va continuer à glisser dans une « récession molle », la BCE doit reconstituer des marges de manœuvre alors que la cible d’inflation à 2% semble être à horizon 2025.

Actions

Les actions américaines présentent toujours le meilleur profil de croissance et doivent être
surexposées à travers plusieurs thématiques.

  • L’Intelligence Artificielle et de la Cyber sécurité demeurent incontournables.
  • Dans le secteur de la santé, la « Medtech » devrait poursuivre son rattrapage.
  • Le tissu économique américain restera stimulé par un assouplissement des conditions de crédit apportant un retour en grâce des plus petites capitalisations ainsi que des
    entreprises ayant un lourd endettement,complétement délaissées depuis plus de deux
    ans.

Obligations

L’Europe est privilégiée car les rendements obligataires couverts en dollar sont moins élevés.

  • La courbe des taux est inversée. Les rendements à court terme sont plus élevés que les
    emprunts à long terme et offrent peu d’intérêt pour les emprunts souverains, d’autant
    qu’un stress pourrait avoir lieu en Europe compte tenu de la faible croissance attendue
    face à l’ampleur des déficits.
  • 2024 sera l’année du « portage » pour cristalliser des rendements attractifs
  • Les obligations « corporates » et financières sur des maturités courtes sont les principales composantes de notre allocation.

Matières premières

Les matières premières restent sous pression en raison de la faiblesse de la croissance chinoise. Seuls l’or et le pétrole se maintiennent à des niveaux élevés en raison des tensions géopolitiques actuelles notamment au Moyen-Orient.

Besoin de plus d'informations ?

N’hésitez pas à nous contacter si besoin d’informations complémentaires.

  • Médias & Presse
  • Actualités financières
  • 08 novembre 2016

Les portraits de Stéphane RUDZINSKI et Grégory SOUDJOUKDJIAN – Gestion de Fortune – N°275 – Novembre 2016

Découvrez les Portraits de Stéphane RUDZINSKI et de Grégory SOUDJOUKDJIAN réalisé par Jean-Denis ERRARD dans le n°275 du magazine Gestion de Fortune – Novembre 2016 TELECHARGER L&rs...

  • Actualités financières
  • 31 octobre 2018

Etes-vous prêts à subir la disparition de la monnaie européenne telle que vous la connaissez ? – Chapitre I : Des malfaçons dans la construction

Sept ans après la tragédie grecque, la tension monte à nouveau dans la Zone euro avec la formation d’un gouvernement hybride en Italie. Les doutes persistent quant à la capacité de la monna...