Allocation d'actif RhétorèsCONTEXTE

Ce qui s’est passé :

Depuis plus d’un mois, les marchés hésitent. Après un début d’année difficile ayant entrainé l’ensemble des actifs financiers excessivement vers le bas, le rebond qui a suivi est désormais clairement terminé. Les taux obligataires, d’Etats mais surtout d’entreprises, sont revenus à des niveaux bas, les cours des matières premières se sont repris et les actions ont connu un puissant rebond. Les raisons de ce mouvement globalement favorable à tous les actifs ? L’excès de la correction qui a précédée d’abord, mais aussi des propos accommodants de la part des Banques Centrales et enfin une économie chinoise qui ne sombre pas, bénéficiant des effets d’un plan de relance (encore un !) colossal mis en place en fin d’année dernière lui permettant de se stabiliser à un niveau de croissance convenable à court terme et de limiter l’inquiétante fuite des capitaux débutée il y a un an et demi.

Nos prévisions :

Désormais, ces facteurs semblent bien intégrés dans les prix, que ce soit des actions, des obligations ou des matières premières. Il faudra donc d’autres moteurs pour continuer à aller plus haut. Or aujourd’hui, ils manquent clairement : les Etats-Unis sont dans une situation de ralentissement avéré d’un point de vue économique, mettant la pression sur les marges des entreprises. L’Europe est quant à elle sur une tendance plus favorable mais souffre d’un manque de visibilité en lien avec les incertitudes politiques à venir (Espagne et Royaume-Uni en tête), et enfin le Japon retombe dans la stagnation. Du côté des émergents, le rythme de distribution de crédits en Chine apparait peu soutenable à moyen terme, et l’instabilité politique dans des pays comme le Brésil reste un sujet de préoccupation. En conséquence, les forces positives semblent aujourd’hui compenser les forces négatives et devraient pousser les actifs financiers à évoluer dans un tunnel horizontal, oscillant autour des niveaux actuels avec des mouvements de faible ampleur.

L’ALLOCATION TACTIQUE

ACTIONS : évolution dans un corridor

Les marchés actions devraient osciller autour des niveaux actuels, ces derniers étant enfermés dans un tunnel horizontal tant qu’on n’y verra pas plus clair en termes de perspectives, notamment en ce qui concerne les résultats des entreprises. Il faudra donc rester tactique sur les marchés actions, profitant des consolidations pour acheter et des rebonds pour vendre, sans s’attendre à une direction claire.

A court terme, l’Europe offre aujourd’hui une belle opportunité d’achat, après avoir corrigé de -6% depuis fin avril. Au contraire les Etats-Unis restent sur des niveaux historiquement élevés (avec un S&P 500 à seulement 2.5% de son précédent sommet), dans un contexte où le dollar pourrait se raffermir à nouveau au regard des derniers propos de la Fed, ayant surpris par leur caractère moins accommodant qu’à l’accoutumée.

OBLIGATIONS : peu de potentiel à court terme

La plupart des obligations d’Etats et d’entreprises ont retrouvé leur plus bas. Seules les obligations des entreprises les moins bien notées (« High Yield ») n’ont pas encore retrouvé leur dernier point haut (en particulier les segments les moins bien notés), et offrent donc un potentiel de hausse.

schema

MATIERES PREMIERES : un rebond technique

Le rebond est désormais proche de son terme, notamment en raison du comportement des Hedge Funds. En effet, ces derniers jouent un rôle primordial sur cette classe d’actifs : après avoir accéléré la chute des prix en début d’année, notamment du pétrole, leurs positions sont redevenues acheteuses au cours des derniers mois. Or, on constate une tendance récente à l’allégement de ces positions. Cela devrait être suffisant, dans un contexte de faible demande mondiale, pour entraîner à nouveau les cours vers le bas, même s’ils ne devraient pas retrouver le creux connu au mois de janvier.

schema3

schema2