Si vous souhaitez recevoir l’intégralité de notre EDITO contactez-nous sur admin@rhetores.com ou par le biais de notre formulaire de contact

FOCUS SUR LA DETTE – PARTIE 2 :

Les Banques Centrales continueront coûte que coûte de soutenir les Etats… et les marchés !

Dans le précédent édito « L’explosion de la dette doit-elle nous inquiéter ? », nous avons fait le constat du caractère littéralement inédit du niveau d’endettement public et privé partout sur la planète. Nous nous interrogeons aujourd’hui sur la manière dont les autorités pourraient agir afin d’éviter de transformer ce stock gargantuesque de dettes qui continue de s’accumuler jour après jour en fardeau insupportable pour notre économie et nos enfants.

La méthode naturelle semble définitivement dépassée…

Pour régler un problème de déficit à l’origine d’un gonflement excessif d’endettement, le b.a.-ba est d’abord d’ajuster ses dépenses à ses revenus. Et pourtant… aucune de ces deux options ne semble envisageable à ce stade :

  • Du côté des dépenses, l’époque est bien entendu avant tout à la relance budgétaire tous azimuts plus qu’à l’austérité. Aux Etats Unis, les plans de relance votés rien qu’en 2021 atteignent plus de 3500 milliards de dollars, soit plus de 15% du PIB de 2019 ! Et encore, le plan du nouveau président Joe Biden atteindrait 3 500 milliards de dollars supplémentaires sur 10 ans. L’Union européenne prévoit quant à elle un plan à 1 075 milliards d’euros en Europe pour la période 2021-2027 (en tenant compte du premier plan à 750 milliards d’euros). Enfin le Japon – déjà extrêmement endetté – vient d’annoncer un troisième plan de relance pour un montant de 73 600 milliards de yens, soit 708 milliards de dollars, après deux premiers plans ayant atteint un total de 2 200 milliards de dollars…

Si ces plans de relance sont évidemment une réponse au choc historique que nos économies traversent aujourd’hui (cf. graphique ci-dessus), ils n’en résultent pas uniquement : partout dans le monde, ils doivent permettre ………

Si vous souhaitez recevoir l’intégralité de notre EDITO contactez-nous sur admin@rhetores.com ou par le biais de notre formulaire de contact